Bordeaux A Du Talent

Edition du 04/07/2017
 

Château HAUT-MARBUZET

Rare

Château HAUT-MARBUZET

Au sommet.


Le 2011, est plus “Saint-Estèphe”, avec une belle structure, un vin dense et persistant, bien corsé, qui sent bon la framboise, la prune et l’humus, d’excellente bouche. Superbe 2010, qui dégage un très beau nez, des tanins bien présents mais enrobés, un vin très équilibré, au nez intense, dense au palais, où dominent la fraise des bois mûre et le poivre, mêlant structure et charnu. Le 2009 est splendide : de la finesse, de la complexité, de l’amplitude, un très grand vin où s’entremêlent la fraise des bois mûre, la griotte et l’humus, un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime déjà très séducteur mais de grande évolution. On poursuit avec ce 2007, classique du millésime, ample, très parfumé, tout en souplesse, très agréable sur un civet de lapin ou des ris de veau sur canapé. Le 2006 semble se refermer, très typé par ce terroir de Saint-Estèphe, avec des nuances de myrtille et de grillé, de bouche puissante. Le 2005 se goûte très bien, dense, souple, structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômes séduisants de cassis et de sous-bois, puissant, avec des tanins très bien équilibrés, qui mérite d’être conservé pour profiter de son potentiel. Le 2004 est exceptionnel. Très parfumé, très complexe, aux nuances de fruits noirs macérés, de cuir et d’épices, de bouche charnue mais distinguée. Le 2002 est dans lignée, un beau vin ample, riche au nez comme aux papilles, avec ces notes de mûre et d’humus, aux tanins savoureux, coloré et dense. Somptueux 2001, l’une des plus jolies bouteilles dégustées, à la fois très souple et dense, d’une grande ampleur, développant un nez envoûtant où les fruits cuits côtoient le poivre rose et le musc, d’une longue finale, idéal sur une cassolette de ris et rognons de veau à la moutarde ou un simple tournedos grillé. On s’oriente ensuite vers ce qui fait la force d’un grand vin, sa capacité d’évolution, en faisant un “saut” vers ce 1990, d’une grande longueur, au nez comme en bouche, avec ce côté légèrement “rancio” qui lui va parfaitement, aux tanins généreux, avec cette bouche bien charnue, ample et séduisante. Le 1989 est plus “chaud”, dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un vin que l’on appréciera sur un foie gras aux figues, par exemple. Le 1987 parvient à maturité, il est à son apogée. Le 1982 ne fait pas son âge, mêlant densité et harmonie, tout en nuances d’arômes, où dominent la réglisse et les épices, de bouche intense, vraiment remarquable. On poursuit avec ce 1978, très classique, et du millésime et de son terroir, où se décèlent des connotations de de fruits à noyau et de fumé, tout en bouche comme le 1975, surprenant par sa vivacité, sa couleur, son ampleur, comme ce grand 1970, lui aussi, d’une bouche dense, subtilement parfumée (champignons, cuir), avec des tanins raffinés, un vin qui emplit le palais. Henri Duboscq et sa sœur Anne-Marie se sont associés à Philippe Jorand pour lancer un vignoble de 13 ha qui s'étend sur les communes de Gaillan et de Queyrac. On y goûte ce joli Médoc Château Layauga-Duboscq cuvée Renaissance 2011, plus souple, plus facile, d’un beau rouge sombre, charpenté, avec des tanins boisés bien présents, très aromatique et ample, avec de la persistance. Le 2010 est évidemment plus dense, bien charnu comme le 2009, harmonieux, aux connotations fruitées, aux notes d’humus et de vanille, alliant une bonne base tannique à une finesse persistante. Excellent 2008, qui parvient à maturité, tout en couleur et en matière, au nez de griotte et de fumé, aux tanins mûrs.

   

Château HAUT-MARBUZET

Henri Duboscq
1, rue Saint-Vincent
33180 Saint-Estèphe
Téléphone : 05 56 59 30 54
Télécopie : 05 56 59 70 87
Email : infos@haut-marbuzet.net





> Le palmares des vins


> Nos coups de cœur de la semaine

Château de LAUBERTRIE


Propriété familiale depuis le XVIe siècle. L'Auberterie est une formation du haut moyen âge; la famille Pontallier y apparaît dans les textes depuis la fin du XVI ème siècle. Ancien fief de la Baronnie de la Rivière au Duché de Fronsac, elle rejoint le Cubzagais à partir de la révolution française. Les bâtiments d'exploitation remontent au XVIII et XIXee siècle, la maison d'habitation a été surélevée et terminée en 1863. Marie-Christine Pontallier est secondée par ses enfants, Arnaud et Benoit, qui s'impliquent de plus en plus. Le Domaine compte 15 ha de vignes, situés sur un plateau argilo-calcaire. La culture y est traditionnelle, les vins sont élaborés de façon artisanale, en essayant de respecter les caractères du terroir et de chaque millésime. Le travail du sol privilégie les procédés mécaniques et l'enherbement naturel. Les vendanges se font manuellement. Toujours au sommet de son appellation avec ce Bordeaux rouge 2014, riche et charnu, au nez dominé par le cassis, le cuir et les sous-bois, un vin prometteur, aux tanins puissants et soyeux à la fois, de très bonne garde, un vin parfait sur, notamment, des brochettes d'agneau grillées ou un sauté de veau Marengo.  Le Bordeaux blanc, avec beaucoup d’arômes de fleurs (jasmin) et de fruits, est charmeur, un vin de bouche ample, avec ces nuances de poire mûre et de fruits secs au palais. Joli Crémant de Bordeaux, 80% Muscadelle et 20% Cabernet franc, à la mousse ample et florale, tout en délicatesse, vif et harmonieux, un vin qui sent la noix fraîche et la pêche blanche.   Parfait pour une halte dans le vignoble, deux gîtes**** sont disponibles sur place.

Marie-Christine Pontallier
50, route de Laubertrie
33240 Salignac - Val de Virvée
Téléphone :05 57 43 24 73
Télécopie :05 57 43 17 24
Email : domainedelaubertrie@orange.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domainedelaubertrie
Site personnel : www.chateau-laubertrie.com

Château CLOS des PRINCE


Un vignoble de 4 ha, sur sables siliceux et profonds et de crasses de fer en sous-sol, avec une moyenne d’âge des vignes de 48 ans (80% Merlot et 20% Cabernet franc). Le suivi du vignoble est permanent afin de préserver au maximum les sols (sables profonds, graves...) et de respecter les vignes. Ce soin particulier et constant, quelle que soit la saison, nous amène tout naturellement à des pratiques culturales raisonnées et raisonnables. La taille, élément fondamental de la qualité, est précise et limite ainsi les rendements, gage d'excellence. Au chai, on applique le même souci de perfection et de modernité maîtrisée. Vendanges manuelles en cagettes, tris sévères, tapis roulants et tables vibrantes pour une vinification parcellaire, dont une partie est réalisée en "vinification intégrale" (baies de raisins entières), une pratique qui confère au vin un soyeux et une élégance subtils et délicats. Marie-Christine Prince met en vente cette année les 2011, 2012, 2013 et 2014. Elle considère le 2016 “très prometteur, équilibré, fruité, avec de bons tanins, bien coloré, seul hic, une quantité réduite : 43 à 44 hl/ha. Un nouveau vin pour 2017 : la Cuvée Offrande 2015.” Tout cela explique ce beau Saint-Émilion GC 2014, un vin de belle robe grenat, délivrant des arômes d’épices et de fruits cuits, puissant et volumineux en bouche, de belle évolution. Le 2011, séduisant avec ces notes de framboise et de griotte très mûres, très aromatique, d’une jolie finale, ferme, à dominante de rondeur. Quant au 2010, il dégage un bouquet complexe où s’entremêlent des notes de cassis et de cannelle, un vin harmonieux, de belle matière.  Il y a également cette cuvée Offrande du Château Clos des Prince 2012, mêlant structure et charnu, avec des arômes de fruits rouges mûrs, de cannelle et de fumé, aux tanins équilibrés, un vin riche, d’une belle longueur, à déboucher, notamment, sur des feuilletés de cèpes au foie gras ou un poulet farci.

Marie-Christine et Gilles Prince
68, rue Emmanuel Roy
33420 Branne
Téléphone :05 57 84 64 14 et 06 76 81 04 11
Télécopie :05 57 84 64 54
Email : vignobles-prince@wanadoo.fr
Site personnel : www.chateau-closdesprince.com

Château BELLE GARDE


Les origines de la famille Duffau demeurant sur la commune de Moulon, remontent au XVIIIe siècle. Une propriété de 46 ha. Coup de cœur pour ce Bordeaux Supérieur cuvée Icone 2014 (bouteille lourde et très belle étiquette), un pur Cabernet-Sauvignon, de robe sombre, charpenté, tout en nuances, aux tanins amples, au nez complexe où dominent les fruits mûrs, le musc et les sous-bois, vraiment réussi. “Cette cuvée bénéficie d’une vinification intégrale qui consiste à verser les grains de raisin dans des barriques neuves de 225 l. Dès que la fermentation alcoolique démarre, 2 pigeages journaliers permettent d’extraire le fruit et les tanins tout en douceur. Cette fermentation va durer 20 à 30 jours selon le millésime. Après le pressurage, le vin obtenu est ensuite réincorporé dans les barriques pour la fermentation malolactique.” Le Bordeaux Supérieur l’Excellence rouge 2015, 50% Merlot, 50 % Cabernet-Sauvignon, vinification en cuves tronconiques permettant d’effectuer des pigeages journaliers une cuvaison de 5 semaines environ est réalisée avec un apport d’oxygène sous marc, élevage 12 mois, un vin aux senteurs de mûre et de poivre, d’une belle robe profonde et soyeuse, aux nuances de cassis, de pruneau et d’épices au palais, aux tanins savoureux, tout en bouche, de garde. Le Bordeaux rouge 2015 Fûts de Chêne, 80% Merlot et 20% Cabernet-Sauvignon, élevage pendant 12 mois sur lie totale avec un apport d’oxygène, charnu, tout en souplesse, tout en bouche, est bien épicé, avec des notes de groseille et de truffe et des tanins très équilibrés, de très bonne garde. Joli Bordeaux rouge Tradition 2015, 80% Merlot et 20% Cabernet Sauvignon, élevage 12 mois en cuves, plus souple, fondu, corsé comme il le faut. Le Bordeaux blanc 2016, 70% Sauvignon blanc, 10% Sauvignon gris et 20% Sémillon, élevage sur lies fines pendant 6 mois, avec un nez frais de fleurs blanches et d’agrumes, très bien équilibré en bouche, est idéal sur des brochettes de fruits de mer ou une salade nordique, vraiment séduisant, comme ce Bordeaux rosé 2016, 75% Cabernet franc et 25% Merlot, élevage de 3 mois sur lies en cuves, qui sent la rose et la framboise fraîche, de bouche franche.

Éric Duffau
2 692, route de Moulon
33420 Génissac
Téléphone :05 57 24 49 12
Télécopie :05 57 24 41 28
Email : duffau.eric@wanadoo.fr
Site personnel : www.vignobles-ericduffau.com

SCEA CHATEAU DAVID


Un domaine sur sol de sables graveleux. Le vignoble de 13 ha est composé de 50% Cabernet-Sauvignon, 40% Merlot, 5% Cabernet franc et 5% Petit Verdot. Vinification selon les méthodes traditionnelles médocaines, et vieillissement de 12 à 18 mois en fûts de chêne. Le nouveau propriétaire, Thierry Kerdreux, à une réelle volonté de travailler dans une culture plus raisonnée tout en gardant toute l’équipe du domaine qui a une grande expérience et connaissance de ces vins. Voilà un excellent Médoc 2012, aux arômes de fruits mûrs (cassis, mûre) et de réglisse, un vin étoffé, charnu en bouche, avec des nuances de fruits cuits à noyau et de cannelle, ample et franc, typé et de couleur profonde, parfait avec, par exemple, un navarin de souris d'agneau ou des tendrons de veau aux champignons et à la tomate.  Joli 2011, de robe sombre, c’est un vin aux tanins veloutés, de bouche dense, au bouquet complexe. Beau 2010, de belle teinte pourpre, aux tanins mûrs mais tout aussi riches, dominé par le cassis et la framboise, bien charnu comme il le faut. Le 2009, de couleur pourpre intense, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe, allie concentration aromatique et souplesse, et poursuit son évolution. Excellent 2008, aux tanins très élégants mais fermes également, marqué par son terroir, gras et persistant, intense en arômes comme en structure, avec ces nuances de cassis et de sous-bois et de réglisse, un vin de charpente souple et structurée.

Thierry Kerdreux
40, Grande Rue
33590 Vensac
Téléphone :05 56 09 44 62
Télécopie :05 56 09 59 09
Email : chateaudavid@free.fr
Site : chateaudavid


> Nos dégustations de la semaine

Château GUIBOT


Brigitte, la fille d’Henri Bourlon, s’occupe maintenent de la propriété avec l’aide de son mari Éric Destouet. Vignoble de 10 ha, répartis à de 80% Merlot et 20% de Cabernet franc, avec une moyenne d’âge des vignes de 28 ans, élevage en barriques neuves pour 60% et de un vin pour 40%.
J’ai apprécié leur Puisseguin-Saint-Émilion Château Guibot La Fourvieille 2009, riche en couleur, où se mêlent la truffe, le poivre et la groseille, dense, aux tanins soyeux, bien charnu comme il se doit, épicé au palais.

Brigitte et Éric Destouet

Château LARTIGUE-CÈDRES


Le domaine couvre 28 ha de vignes sur sols calcaire et argilo-calcaire. 
Goûtez le Bordeaux rouge 2014, d’une belle expression aromatique, avec une attaque soyeuse, une bouche riche et charnue, fruité et rond.

Michel Jacquin

Château TROTTE VIEILLE


Au sommet, naturellement. On fait remonter l'origine de son nom à une vieille dame qui habitait cette maison il y a plusieurs centaines d'années. La légende veut qu'à proximité du château, au croisement de ses routes se trouvait un arrêt de diligence, et chaque fois qu'un attelage s'arrêtait, la vieille dame descendait en trottinant pour aller aux nouvelles d'où le nom Trotte Vieille. Le Second Vin fût créé en 2002, sous le nom de La Vieille Dame de Trotte Vieille. Un vieux parchemin en Gascon datant du XVe siècle atteste déjà de l'utilisation de ce nom. Fait exceptionnel, il existe encore une pièce de vigne datant d'avant le phylloxéra.
Grande réussite avec ce Saint-Émilion 1er GCC 2013, 50% Merlot, 45% Cabernet franc, 5% Cabernet-Sauvignon, encore jeune, au nez subtil où dominent le cuir et la griotte, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins soyeux, légèrement épicé comme il se doit en finale. Superbe 2012, volumineux, un vin riche et structuré, au nez épicé dominé par des senteurs de framboise, de poivre, de musc, alliant une charpente réelle à une belle rondeur en bouche, aux tanins très équilibrés, très typé, classique de ce millésime séduisant. Très beau 2011, avec une belle matière, un vin qui allie charpente et finesse, avec des senteurs de cuir et d’épices, aux tanins soyeux, où dominent les fruits mûrs et les sous-bois au palais, de bouche flatteuse et riche à la fois, savoureux avec des gésiers de volailles confits ou un sauté d'oie aux champignons de Paris.
Exceptionnel 2010, riche en couleur, au nez complexe de fruits rouges à noyau et de fumé, aux tanins présents auxquels il faut donner le temps de se fondre. Dans la lignée, ce très beau 2009, avec des tanins mûrs et fermes à la fois, qui se révèle complexe au nez comme en bouche, dominé par les fruits macérés et l’humus, un vin ample et flatteur, de belle garde.
Superbe 2008, tout en couleur et en matière, au nez délicat, avec ces notes très persistantes de fumé, de mûre et d’épices, chaleureux, de grande évolution. Savoureux 2007, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de cuir et de mûre, aux tanins généreux, avec cette bouche bien charnue et séduisante dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un vin typé, que l’on appréciera sur un foie gras aux figues en feuille de brick. Le 2006, vraiment remarquable, avec des notes de cassis, de poivre et de sous-bois, aux tanins riches, d’un bon équilibre, allie une charpente réelle à un joli fondu aux papilles, de garde. Le 2005 est un bel exemple des grands vins de terroir (le sien se situe sur un rocher avec seulement 30 cm de terre), de couleur pourpre, racé, un beau vin concentré, tout en nuances aromatiques (fraise, cerise, myrtille), où toute la puissance de ce très grand millésime joue à plein. Voir aussi le Château Batailley, à Pauillac.

Famille Castéja

> Les précédentes éditions

Edition du 27/06/2017
Edition du 20/06/2017
Edition du 13/06/2017
Edition du 06/06/2017
Edition du 30/05/2017
Edition du 23/05/2017
Edition du 16/05/2017
Edition du 09/05/2017
Edition du 02/05/2017
Edition du 25/04/2017
Edition du 18/04/2017
Edition du 11/04/2017
Edition du 04/04/2017
Edition du 28/03/2017
Edition du 21/03/2017
Edition du 14/03/2017
Edition du 07/03/2017
Edition du 28/02/2017
Edition du 21/02/2017
Edition du 14/02/2017
Edition du 07/02/2017
Edition du 31/01/2017
Edition du 24/01/2017
Edition du 17/01/2017
Edition du 10/01/2017
Edition du 03/01/2017
Edition du 27/12/2016
Edition du 20/12/2016
Edition du 13/12/2016
Edition du 06/12/2016
Edition du 29/11/2016
Edition du 22/11/2016
Edition du 15/11/2016
Edition du 08/11/2016
Edition du 01/11/2016
Edition du 25/10/2016
Edition du 18/10/2016
Edition du 11/10/2016
Edition du 04/10/2016
Edition du 27/09/2016
Edition du 20/09/2016
Edition du 13/09/2016
Edition du 06/09/2016
Edition du 30/08/2016
Edition du 23/08/2016
Edition du 16/08/2016
Edition du 09/08/2016
Edition du 02/08/2016
Edition du 26/07/2016
Edition du 19/07/2016
Edition du 12/07/2016
Edition du 05/07/2016
Edition du 28/06/2016
Edition du 21/06/2016
Edition du 14/06/2016
Edition du 07/06/2016
Edition du 31/05/2016
Edition du 24/05/2016
Edition du 17/05/2016
Edition du 10/05/2016
Edition du 03/05/2016
Edition du 26/04/2016
Edition du 19/04/2016
Edition du 12/04/2016
Edition du 05/04/2016
Edition du 29/03/2016
Edition du 22/03/2016
Edition du 15/03/2016
Edition du 08/03/2016
Edition du 01/03/2016
Edition du 23/02/2016
Edition du 16/02/2016
Edition du 09/02/2016
Edition du 02/02/2016
Edition du 26/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 12/01/2016
Edition du 05/01/2016
Edition du 29/12/2015

 




DOMAINE GUIZARD


DOMAINE ALAIN MICHAUD


DOMAINE MOULIN DU POURPRÉ


HENRY NATTER


DOMAINE DE GRANDMAISON EARL


DOMAINE COQUARD-LOISON-FLEUROT


DOMAINE DE LAUBERTRIE


CLOS SAINT-PIERRE


CHARLES SCHLERET


CHAMPAGNE BOULARD-BAUQUAIRE


CHAMPAGNE NATHALIE FALMET


DOMAINE ROGER PABIOT ET SES FILS


CHATEAU BECHEREAU



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales